martes, 17 de octubre de 2017

Fondation internationale de l'action sociale




                                            








Reconnaissance internationale registre QR/51
Reconnaissance ONU Nº 972
record de l'environnement d'enregistrement des ONG. Fourniture Nº ° 10793/09
 Demande d'enregistrement d'étranger n ° (En cours)
CUIT: 30-71083504-3
Revenu. Brut (LP): 218502 / 2
Responsable exempt de TVA
Impôt sur le revenu exonéré

Siège: République Argentine

Siege Real et financière :Passage Vernet 910.  général Pico, La Pampa (L6360OFA) Argentine
Siege Real en Buenos-Aires: Sarmiento 1967 4 etage Bureau 28 CABA Tel/Fax 011 52566681
Siège social: 3169 Av. Corrientes sixième de. 61 Capital Federal (1177)
info@estudionacevich.com.ar
Adresse Email:
fasi@live.com.ar

Téléphone / FAX:
0054-02302-435667. 0054-115922-1348

les adresses de sites Web:

http://www.fasi.org.ar/ 
http://www.fasi.mex.tl/  
http://www.fasiong.blogspot.com/
http://accionsocinternacional.spaces.live.com/
http://www.facebook.com/reqs.php # / fasiong


OBJECTIFS DE LA FONDATION

La Foundation Internacional de l accion social est une organisation internationale établie le 14, Décembre  2008. La Fundation est Organisé comme une confédération, est de réaliser culturelles, des séminaires de formation, conférences, approche coordonnée avec les institutions gouvernementales compétentes dans les domaines suivants: a) l'action sociale, b) les droits de l'homme, c) les droits universels de l'enfant et droits des femmes, d) les personnes âgées, e) L'environnement, f) La Paz, g) éducation, culture, science et technologie, h) l'intégration sociale, i) la santé, j) La revendication et commémoration des événements nationaux et internationaux historique à travers la participation à des événements officiels et à la création et / ou l'entretien de statues et de monuments, k) La récupération, la préservation et la collecte de documents pour la création d'une archive et la bibliothèque de la Fondation de l'action sociale, l ) Formation d'une structure fédérale nationale, par le biais d'accords-cadres ou des fusions avec d'autres institutions afin que de cette façon peuvent être intégrés dans un réseau mondial global pour la diffusion et l'application ici exprimé, m) les relations internationales fournies par les activités en cours pour élaborer des programmes , des séminaires, des conférences, des conférences et / ou discussions sur des questions de toutes sortes, n) autochtone Les peuples autochtones, ñ) de la sécurité, o) L'établissement de l'Université Internationale "Septembre 11" dédié aux sciences humaines et sociales.

NOS PRINCIPES

Fonds la Fundation d'action sociale internationale s'est engagée à aider à bâtir une société fondée sur la vérité et la liberté, le respect de la vie et la dignité humaine, la justice et la solidarité sociale. Il est donc essentiel d'éduquer les jeunes avec un sens de la solidarité et le bénévolat est la devise de la Fondation. sont le fondement de notre société future dans laquelle nous conjointement et activement les engager non seulement en tant que participants, mais en tant que protagonistes de la transformation sociale qu'ils peuvent effectuer.Ils

Répertoire

Président:Dra. Stella Maris BUSTRIAZO RODRÍGUEZ

Vice-President : Dr. Mohamed Ben Sadok Ajili BARHOUMI
Secrétaire: Noelia Amalia SERRALTA.
Membres: Abel Horacio OGORMAN.



Relations institutionnelles et de la cérémonie
                 Miguel Serralta
           Président International

Direction de l'Unité des affaires juridiques
              Dr. Nicolas Taboada

Avocat de la fondation : Dr Miguel Nacevich Turk
3169 Av. Corrientes sixième de. 61 Cap. Ar Fed. (1177)
54-11-48670214 -54-11-48670214
 www.estudio-nacevich.com.ar
info@estudionacevich.com.ar




COMMISSIONS:


PRÉSIDENT DE LA COMMISSION DE L'ACTION SOCIALE: LIC. Pilar NAVUN.-

VICE-PRÉSIDENT: LIC . Ligia Julieta Andrade Delgado.-

SECRÉTAIRE: Lic. Silvia Chiotti.-

PRÉSIDENT DU COMITÉ DES RELATIONS INTERNATIONALES:
S.E. Ambassadeur Eduardo Cuneo de OSORIO .-

VICE-PRÉSIDENT:  Dr Mohamed Ben Sadok Ajili BARHOUMI.-

SECRÉTAIRE: Lic. Nadejda Chelepenko.-
MEMBRES:

VICE-PRÉSIDENT: Lic. Pilar NAVUN.-
SECRÉTAIRE:


PRÉSIDENT DE LA COMMISSION SUR LA SANTÉ : Dra .
Valentina Grebneva

VICE-PRÉSIDENT:

SECRÉTAIRE:
Guzman Edith Sandra

PRÉSIDENT DE LA COMMISSION DES DROITS DE L'HOMME:


VICE-PRÉSIDENT:

SECRÉTAIRE:


Le Président du Comité SUR LES DROITS DE L'ENFANT:

VICE-PRÉSIDENT:

SECRÉTAIRE: Lic .
Silvia Chiotti



PRÉSIDENT DE LA COMMISSION SUR L'ENVIRONNEMENT:

VICE-PRÉSIDENT:

SECRÉTAIRE:

COMITÉ DU PRÉSIDENT DE DESCENDANTS  Vice-royauté de La Plata NOBLE:
SE Miguel Serralta .-

VICE-PRÉSIDENT:

SECRÉTAIRE:

ARGENTINE Patricios président du Comité:

VICE-PRÉSIDENT:

SECRÉTAIRE:


PRÉSIDENT DU COMITÉ DES DESCENDANTS DE Mallorquín ORIGINE:
Miguel Serralta
.-

VICE-PRÉSIDENT:

SECRÉTAIRE:

Président indien de la Commission:
O'Gorman Horacio .-


VICE-PRÉSIDENT:

SECRÉTAIRE:

PRÉSIDENT DE LA COMMISSION SUR LE TOURISME:


VICE-PRÉSIDENT:

SECRÉTAIRE:




 

MEMBRES FRAIS
Chefs d'État ou de gouvernement, diplomates, membres des gouvernements nationaux et étrangers, organisations internationales et les présidents des personnalités nationales et étrangères qui sont invitées.

Administration
Membres en charge du contrôle administratif de l'ISAF, les professionnels, les universitaires et les enseignants qui participent à des comités et des activités de la Fondation.

à des séminaires universitaires, cours et conférences organisés par l'institution.ProfesseursExposition

Les adhérents
Tous ces gens qui manifestent leur intérêt et leur soutien pour notre institution dont la constitution a été approuvée par le conseil.

Institutionnels
Les institutions ou entreprises publiques ou privées qui démontrent votre intérêt pour nos projets à l'appui de la FIAS.





PRÉSIDENT DU COMITÉ SUR LES FEMMES : Lic. 
Pilar NAVUN.-
VICE-PRÉSIDENT:Lic. Olga Rosa Fazzari .

PRÉSIDENT DE LA COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL PUBLIC:



Le Dr Miguel Alejandro Nacevich Turk
                                    -  Avocat de la Fundacion -

VICE-PRÉSIDENT:
SECRÉTAIRE:


PRÉSIDENT DE LA COMMISSION SUR L'EDUCATION, LA CULTURE, LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE:  Dr. Ricardo Vitiritti Ramón.-


Nos représentants et Ambassadeurs frais:


1-RÉPUBLIQUE DU CHILIE

Dr.Héctor Armando Zurita Anabalón

... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ....

2-RÉPUBLIQUE DE COLOMBIE

Dr Hernán Alejandro García Olano

... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..

3-RÉPUBLIQUE DU PÉROU

Dr Aldo Palomino

... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..

4-
État plurinational de Bolivie
M. Gonzalez Freddy Flores
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ....


5-RÉPUBLIQUE FRANCAISE

S.E. Ambassadeur Dr. Vincent Daussy


....................................................................
6-RÉPUBLIQUE ITALIENNE


 
Mgr. senateur VIKTOR Busa – Presisident International de Honeur
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..

7-RÉPUBLIQUE DE BULGARIE
S.E. Ambassadeur Dr. Kemal Yildirim
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...

8-RÉPUBLIQUE DE TURQUIE
S.E. Ambassadeur Dr. Kemal Yildirim
... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...


10- ÉTATS-UNIS  D'AMÉRIQUE
S.E Ambassadeur  Dr . Michael R. Bradle


………………………………………………….



11-FEDERACION DE RUSSIE
 S.E. Ambassadeur Dra. Elina Korshunova
 S.E. Ambassadeur Dr. Ivanov Vladimir

... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...

12-RÉPUBLIQUE DE VANUATU
S.E. Ambassadeur Dr. Naliupis  Tony


... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..

14- RÉPUBLIQUE DE L'INDE
S.E. Ambassadeur Dr. Madu KRISHEN.-
...........................................................................

15-RÉPUBLIQUE FEDERALE DU NIGERIA
S.E. Ambassadeur Dr. Ahmed Musa Alhaji




ACTIVITÉS

Campagne Non à priser

Campagne Zéro déchets Bahía Blanca

Promotion Internationale
Mars Mondiale pour la Paix et la Non-violence

CONTRIBUTION
DE LA SOCIETE International "Prof .NOTREBI

Bliothèque RICHARD J. Serralta "

Archives historiques

Université internationale de «11 Septembre»

LIENS AVEC D'AUTRES INSTITUTIONS
Parlement mondial des Etats

Musée  General Belgrano

Delhi Zéro déchets

Héraldique de l'ordre civil de l'amitié



-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


.........................................................................................................................................................................
NOTRE AMBASSADEUR EN FRANCE


                                               S.E. Ambassadeur Dr. Vincent Daussy

..................................................................................................................................................................


Fondation Chirac

La fondation Chirac devient membre du Conseil mondial de l’eau

L’Eau pour la Paixla Paix pour l’Eau

Engagée pour l’accès à l’eau et à l’assainissement, la fondation Chirac, membre du Partenariat français pour l’eau, intègre le Conseil mondial de l’eau. Créé en 1996 en réponse aux préoccupations croissantes de la communauté internationale face aux problématiques de l’eau. Ses missions sont de sensibiliser, de favoriser une réelle mobilisation politique et d’inciter à l’action sur les questions essentielles liées à l’eau à tous les niveaux, y compris au plus haut degré décisionnel, afin de faciliter, sur une base durable, la gestion et l’usage efficaces de l’eau. Le CME a un statut consultatif auprès de l’UNESCO et de ECOSOC.
Le Conseil mondial de l’eau organise tous les trois ans le Forum mondial de l’eau. Celui-ci répond principalement à quatre objectifs fondamentaux :
• S’efforcer de mettre les problèmes de l’eau plus en avant sur la scène politique
• Faciliter l’intensification des débats en vue de résoudre les problèmes liés à l’eau dans le monde au 21ème siècle
• Formuler des propositions concrètes et souligner leur importance sur la scène internationale
• Susciter un engagement politique


La coopération transfrontalière, source de paix

La gestion en commun des ressources en eau, incontournable puisque 90% de la population mondiale vit dans des pays qui partagent leurs ressources en eau avec d’autres, n’est pas un rêve. Elle s’inscrit déjà dans la réalité avec le fleuve Sénégal ou l’Indus par exemple. La Conférence du 13 novembre 2008 est venue donner d’autres initiatives réalisables pour la concrétiser là où elle fait encore défaut.
2007 a été marqué par les émeutes de la faim. Pour que 2008 et les prochains mois ne connaissent pas des « émeutes de la soif », comme le redoute Jacques Chirac, la coopération internationale et plus précisément transfrontalière, bassin par bassin, doit se renforcer dans le domaine de l’eau. Dans cette perspective, Jacques Chirac a souligné l’importance des outils qui existent déjà et en a esquissé d’autres pour que les « lacs, fleuves, mers intérieures {ne soient plus des} égouts à ciel ouverts ».
D’accord avec Michel Camdessus, ancien Directeur du Fonds Monétaire International, Loïc Fauchon, directeur du Conseil mondial de l’eau, ou encore avec Mohamed S. Merzoug, Haut Commissaire pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), sur l’importance du rôle que doivent jouer les pays du Nord, Jacques Chirac a rappelé que l’aide au développement ne suffira pas. Si l’on veut qu’un milliard de personnes ne souffre plus de la soif, il faut en effet garantir l’apport d’1,4 milliards de dollars par an jusqu’en 2025. Pour atteindre cet objectif, le président de la fondation Chirac propose donc la création d’une taxe internationale sur les transports maritimes, à l’instar de celle créée avec Unitaid pour les médicaments. Novatrice, cette initiative a trouvé écho parmi les spécialistes réunis à cette occasion. Loïc Fauchon envisage même des outils supplémentaires, comme un accord avec l’Opep pour que le coût de l’énergie pèse moins sur le secteur de l’eau.
Pour un droit humain universel à l’eau
Mais, à la suite de Jacques Chirac, et tout au long de la matinée, un autre point essentiel a marqué les débats : l’accès à l’eau doit être reconnu comme un droit humain universel. C’est même un préalable à toute action, comme l’a dit avec force le Premier ministre palestinien Salam Fayyad : pour les Palestiniens par exemple, « l’accès à l’eau est une condition préalable à la construction de l’Etat ». Et, loin d’être facteur de tension, ce droit à l’eau mène au contraire à la paix. Chacun des dix intervenants s’accorde là-dessus. Certes, le manque de coopération actuel dans la gestion des ressources partagées accentue les risques de conflits. Mais l’histoire montre que bien plus souvent « le bon sens l’emporte » comme l’a expliqué Michel Camdessus. Jean-Michel Severino en a d’ailleurs donné un exemple concret. Au Tchad, un projet de gestion des ressources, mené par l’Agence française de développement qu’il dirige, a permis aux nomades et aux sédentaires, jusque-là frères ennemis qui s’ignoraient sur un même territoire, de se connaître et de travailler ensemble pour assurer l’accès égal de tous à l’eau.
Une grande initiative pour le Jourdain
Financements et droit humain universel à l’eau, tels sont les deux grands objectifs fixés par cette Conférence. Mais pour concrétiser la coopération entre les Etats autour des bassins et aquifères partagés, manquent également des structures et des règles pour guider les dirigeants. C’est ce que Jacques Chirac espère voir naître avec l’initiative pour le Jourdain qu’il appelle de ses vœux. C’est aussi ce que demande Koïchiro Matsuura, Directeur général de l’Unesco, lorsqu’il exige que les Etats ratifient enfin la Convention de 1997 sur l’utilisation des cours d’eau internationaux à des fins autres que la navigation. Si désormais, comme avec les voisins du Mozambique, les Etats voient la coopération sur l’eau comme une opportunité, ils ont besoin d’un cadre de régulation, a expliqué Lidia Brito, ex-ministre de l’Education Supérieure du Mozambique. Le cas de l’OMVS, décrit par Mohamed S. Merzoug, l’illustre : si le Sénégal, le Mali et la Mauritanie tirent aujourd’hui les bénéfices de la gestion partagée de leurs ressources en eau, c’est bien parce ces Etats se sont donné des outils de régulation, d’exécution et d’arbitrage reconnus par chacun. Ils donnent l’exemple, reste à le reproduire dans chaque territoire où le partage s’impose et en tenant compte des cultures et traditions de chacun.
Des solutions à portée d’une goutte d’eau
La Directrice du Centre indien pour la Science et l’Environnement, Sunita Narain, a très clairement expliqué le dernier grand enjeu à relever pour réussir une gestion en commun des ressources en eau : celui de la volonté politique. A ce niveau, seul un travail pédagogique pourra être efficace. Il faut, a-t-elle dit, « construire une société qui comprenne l’importance de chaque goutte d’eau » et accepter le fait qu’être puissant, « ce n’est pas dépenser l’eau plus que de raison mais au contraire l’utiliser avec modération ». Lorsque tous les Etats auront compris cela, la coopération pourra se dessiner plus sûrement. Le Forum Mondial de l’Eau d’Istanbul y travaillera.

video